BanniereT01
BanniereT01
previous arrow
next arrow

Cuba rouvrira progressivement ses frontières aux touristes à partir du 15 novembre, sans exiger de tests PCR à l’arrivée comme il le fait actuellement. «Compte tenu de l’avancée du processus de vaccination à Cuba, de son efficacité prouvée et de la perspective que plus de 90% de la population sera pleinement vaccinée en novembre, nous préparons les conditions pour ouvrir progressivement les frontières du pays à partir du 15 novembre», a indiqué le ministère du tourisme cubain  dans un communiqué cité par L’Echo touristique.

Depuis de nombreux mois, la quantité de vols arrivant à Cuba est très limitée et seuls quelques charters de touristes russes et canadiens arrivent régulièrement dans certaines stations balnéaires du pays réservées à cet effet. Les autorités exigent des voyageurs d’arriver avec un test PCR négatif, puis d’en réaliser un nouveau à l’aéroport à l’arrivée et d’être en quarantaine jusqu’aux résultats d’un deuxième test effectué cinq jours plus tard.

Un tourisme qui manque cruellement à Cuba

A la réouverture complète des frontières, «les protocoles hygiéniques et sanitaires à l’arrivée des voyageurs seront assouplis, avec surveillance des patients symptomatiques et prise de température», précise lundi le ministère. «En outre, des tests de diagnostic seront effectués de manière aléatoire, le PCR ne sera pas exigé à l’arrivée et le certificat de vaccination des voyageurs sera reconnu», ajoute-t-il.

Le tourisme, l’une des principales sources de devises du gouvernement cubain, s’est effondré avec la pandémie de coronavirus, qui a forcé l’île à fermer partiellement ses frontières depuis fin mars 2020. Entre janvier et juillet, le pays a accueilli 270’639 touristes étrangers, à peine un quart (21,8%) des arrivées sur la même période de 2020 (1’239’099). Privées des devises du tourisme, les autorités ont réduit drastiquement les importations du pays, aggravant les pénuries d’aliments et de médicaments pour les Cubains.

Kuba, Havanna, Shutterstock